Tour de France 2024 : le peloton à l’attaque des cols du Sud

Cet article est paru en premier sur https://www.maregionsud.fr/

http://example.comfileadmin/_processed_/8/0/csm_pexels-corentin-jacquemaire-806255288-19185664_2305793d79.jpg

Le col du Galibier (Etape 4, 2 juillet)

A cheval entre les Hautes-Alpes et la Savoie, ce col mythique est le sommet des Alpes le plus franchi dans l’histoire du Tour. Culminant à 2642 mètres, sa difficulté (hors catégorie) en a fait au fil des années un lieu légendaire du cyclisme, où ont brillé Eddy Merckx, Fausto Coppi, Gino Bartali ou encore Marco Pantani.

Le peloton l’a parcouru cette année dès la 4e étape reliant Pinerolo (Italie) à Valloire. Une montée éprouvante de 23 km à 5,1 % de moyenne, remportée par le Slovène Tadej Pogačar, double vainqueur du Tour.

Le col du Noyer (Etape 17, 17 juillet)

Ce col situé dans les Hautes-Alpes, d’une altitude de 1664 mètres, marque la frontière entre les vallées du Dévoluy et du Champsaur. Moins connu que le Galibier mais néanmoins difficile (catégorie 1), il sera franchi cette année par le Tour pour la 5e fois.

Entouré par une nature à couper le souffle, le col du Noyer sera le temps fort de la 17e étape entre Saint-Paul-Trois-Châteaux et Superdévoluy. Ce sommet a marqué à jamais l’histoire du Tour en 1971, lorsque l’Espagnol Luis Ocana réussit l’exploit de distancer le légendaire Eddy Merckx de quasiment 9 minutes.

Le col de Vars (Etape 19, 19 juillet)

Le col de Vars fait la jonction entre les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence. Dépassant les 2000 m, il propose une ascension piégeuse (hors catégorie), enchaînant passages très pentus et replats. Il constituera la première grande difficulté de l’étape qui reliera Embrun à Isola 2000, deux jours avant la fin du Tour.

C’est la 36e fois que le Tour passera ce col, la première fois depuis 2019. Il constituera la première grande difficulté de l’étape qui reliera Embrun à Isola 2000, deux jours avant la fin de l’épreuve. De grands champions comme Joop Zoetemelk, Fausto Coppi ou Louison Bobet ont fait sa légende en y passant en tête.

La cime de la Bonette (Etape 19, 19 juillet)

Possédant la route goudronnée la plus haute de France, la Bonette est un incontournable du Mercantour. Classé hors catégorie, ce col propose aux coureurs près de 1600 m de dénivelé sur 24 km. Situé à 2802 mètres, son sommet est particulièrement élevé et promet une bagarre dantesque entre les favoris au classement général.

C’est la 5e fois que le Tour passera la cime de la Bonette, caractérisée par ses paysages lunaires. Federico Bahamontes, figure du cyclisme espagnol, l’a franchi en tête deux fois dans les années 1960, par ses deux versants.

Le col de la Couillole (Etape 20, 20 juillet)

L’avant-dernière étape du Tour 2024 se jouera dans les Alpes-Maritimes, au sommet du col de la Couillole (1678 m). Entre gorges du Cians et vallée de la Tinée, ce sommet n’est pas le plus difficile du Tour (catégorie 1) mais pourrait se montrer décisif pour le classement général, la veille de la dernière journée.

Si c’est la 3e fois que le peloton du Tour grimpera la Couillole, 15000 amateurs auront l’occasion de découvrir ce col lors de l’Etape du Tour de France, organisée le 6 juillet. Une expérience unique pour ces cyclistes non professionnels, qui auront la chance de vivre une course dans les conditions d’une vraie étape du Tour !

Dans le Tour de France, les montées sont classées en fonction de leur difficulté (longueur, pente, altitude). 

Hors Catégorie (HC) : Les montées les plus difficiles, souvent très longues et avec des pentes raides, généralement situées dans les grands massifs montagneux comme les Alpes ou les Pyrénées.
Catégorie 1 : Des montées très difficiles, mais un peu moins exigeantes que les HC. Elles sont longues avec des pentes sévères.
Catégorie 2 : Des montées de difficulté moyenne, souvent plus courtes ou moins raides que les catégories 1.
Catégorie 3 : Des montées plus courtes ou avec des pentes modérées, offrant une difficulté moindre par rapport aux catégories supérieures.
Catégorie 4 : Les montées les plus faciles à gravir, souvent courtes avec des pentes légères.

Ces classifications aident à attribuer des points pour le maillot à pois du meilleur grimpeur, récompensant le cycliste qui accumule le plus de points en franchissant les cols dans les premières positions.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*